Le cycle de formation

La formation professionnelle 

La formation professionnelle en architecture intérieure et décoration est la garantie du meilleur enseignement qui peut vous être donné dans ce domaine car il est dispensé uniquement par les acteurs du bâtiment, et le programme de votre formation est validé par les professionnels, les syndicats et l’état par l’intermédiaire du RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles).

Le programme de formation

Ce programme de formation comprend les éléments incontournables qu’il vous faut maîtriser pour exercer ce métier dans des conditions professionnelles :

Le premier niveau

Tout d’abord, et c’est le rôle de la première année : L’apprentissage de la méthode de travail : Origine de tout projet d’aménagement l’élaboration de l’esquisse :

L’analyse de la demande en tenant compte des besoins spécifiques du client, aussi bien en termes de technique et de technologie du bâtiment qu’en termes de coût des éléments constructifs, évidemment en privilégiant les éco-matériaux.

Cela passe par les planches tendances et les planches d’ambiance qui déterminent l’orientation de tout projet, puis le zoning et les circulations, qui eux participent à l’élaboration de la qualité environnementale tant sur des projets privés que publics.

Viennent ensuite la prise en compte de l’état des lieux et l’analyse de toutes les problématiques techniques et environnementales qui peuvent influencer l’orientation du projet : le relevé de mesures et sa mise au propre, d’abord manuellement puis de manière informatique sur des programmes professionnels tels que “Archicad “ou “AUTO CAD“, check-list de tous les éléments constitutifs du bâti ou l’intervention sera nécessaire (nature des murs, sols, plafonds, état du réseau électrique, et de plomberie), contraintes liées à la situation géographique et aux contraintes administratives (Bâtiments de France, PLU etc.).

L'axonométrie et les MCR

À partir de tous ces éléments, l’étude portera sur la mise en place de plusieurs propositions d’esquisses et ici l’étude du dessin technique et des méthodes conventionnelles de représentation (MCR), prennent toute leur importance pour le dessin des plans et des coupes à l’échelle et les projections orthogonales comme l’axonométrie ou l’isométrie.

L’étude du croquis perspectif et du dessin d’architecture à un, deux ou trois points de fuite, et leur mise en couleur par l’étude des matières et leur représentation, complète la mise en forme de l’esquisse.

Connaissance des matériaux

À ce stade du travail, l’étude sommaire des matériaux de base des projets est complétée par l’intervention des fabricants matériaux :

L’utilisation et la connaissance des matériaux de construction et de décoration, par leurs diversités et leurs complexités demande une approche particulièrement pointue, et seul, les fabricants eux-mêmes sont à même d’expliquer et de faire des démonstrations pertinentes sur leur utilisation, tant sur le plan technique et de leur mise en oeuvre, que sur l’intérêt décoratif et sur la maîtrise des coûts. Ainsi, tout au long de la formation, leur intervention régulière complète les cours de technologie du bâtiment :

Barisol, Duravit, Dorn Bracht, Caparol, Campa, ARTE, Steelcase, Zolpan, B&O, Union Matériaux, Coste, Wedi, Roche Bobois, Mosa, Arte, Veneta Cuccine...

La deuxième année

Au-delà de l’esquisse, la deuxième année est davantage consacrée à la mise en place de l’APS (Avant Projet Sommaire), ou l’adéquation entre le concept de départ du projet et la mise en forme de son déroulement, tant sur le plan créatif que technique prends tout son relief. Dans cette étude, les étudiants sont mis en relation avec de vrais clients, ce qui va leur permettre de mettre en relation l’étude théorique et la confrontation directe avec les réalités du marché, par la mise en pratique de la méthode de travail qui leur est enseignée.

La diversité des projets traités

De par la diversité des demandes, les sujets à traiter permettent d’envisager des études de cas très différents : réhabilitation d’appartement ou de maisons individuelles, réaménagement d’une pharmacie, hall d’accueil et parties administratives d’un collège, show-room pour une grande marque de radiateur, centre de remise en forme pour sportifs, halte-garderie etc…

L'état des lieux

L’établissement d’un EDL (état des lieux) complet qui comprend le relevé de mesures et sa mise au propre à l’échelle, un dossier photographique du lieu accompagné d’un diagnostic qui analyse de l’état des éléments du second oeuvre, ses contraintes, ses points forts et ses points faibles, sous forme d’un dossier A4 rédigé de façon détaillée selon un ordre méthodique et pratique.

Ensuite viens, surtout dans un cas réel, l’analyse des souhaits et des besoins du client, les problématiques soulevées, et les réponses à amener d’où doit découler le parti pris architectural l’aménagement et la distribution spatiale. Cette étape est d’une grande importance car elle met en lumière l’équilibre entre les problématiques du lieu, les souhaits du client et le parti pris d’aménagement qui va en découler.

L'avant-projet

L’établissement d’une esquisse rapide du projet comme appris lors de la première année, projet ouvert qui permet au client de s’y projeter, va permettre la mise en place de l’APS (avant-projet sommaire).

Dans cette présentation, on doit y retrouver la synthèse de l’esquisse corrigée, qui doit mettre en lumière le parti pris de l’aménagement, les distributions spatiales et le parti pris déco par une planche tendance, un plan aménagé en couleur, une axonométrie couleur, et les perspectives en couleur des aménagements des espaces les plus représentatifs accompagnés de leurs feuilles de style (mobilier, matériaux, éclairage, couleurs).

suite